it

Pénurie d’électricité et datacenters en Suisse

By 13 septembre 2022 No Comments

Entreprises comme particuliers, toute la population suisse se prépare à une pénurie d’électricité cet hiver. Mais qu’en est-il des datacenters ?

Les centres de données suisses, bien que considérés comme des infrastructures critiques, ne sont en effet pas à l’abri de restrictions énergétiques.

Nous avons fait le point avec un responsable du Datacenter BrainServe dans lequel sont stockées les données de nos clients. Pour rappel, ce datacenter est de niveau Tier IV, le plus haut niveau de disponibilité pour un centre de données.

Datacenter BrainServe

Approvisionnement électrique

Un approvisionnement assuré par la collaboration entre les services électrique de Crissier et de Lausanne

BrainServe est alimenté techniquement par les services électriques locaux de Crissier (SIE), un réseau différencié de celui de Lausanne (SIL). Ces deux réseaux sont bien sûr interconnectés.

Les SIE et les SIL sont reliés au réseau national par deux stations de transformation. De plus, les SIL utilisent deux autres stations de transformation pour alimenter Lausanne et l’Ouest lausannois, dont le territoire des SIE.

Pour que les SIE et les SIL souffrent simultanément d’une coupure, il faudrait :

  • que ces 4 stations de transformation soient en panne en même temps,
  • ou que plusieurs lignes à haute tension soient en panne en même temps,
  • ou qu’il y ait un black-out au niveau national (sachant que le réseau national possède ses propres boucles et redondances).

Ces scénarios ne se sont jamais produits et leur probabilité d’occurrence est faible.

De plus, les SIE bénéficient d’une ligne supplémentaire de secours géographiquement redondante au travers des SIL. Quant au réseau des SIE, celui-ci est également constitué de ses propres boucles redondantes.

Les collaborations entre les SIE et les SIL nous octroient donc une sécurité supplémentaire en matière d’approvisionnement électrique.

Dans la mesure où le risque zéro n’existe pas, chaque datacenter se doit de mettre en œuvre ses propres infrastructures de production électrique.

Autonomie électrique

Au-delà des bonnes pratiques

Pour un datacenter, les meilleures pratiques consistent à conserver une autonomie de 72 heures en cas de coupure sur le réseau électrique.

  • BrainServe s’engage à ne jamais descendre en dessous de 80 heures d’autonomie dans le pire des scénarios.
  • En pratique, l’autonomie de BrainServe n’a jamais été inférieure à 120 heures, même en été lorsque les besoins sont les plus élevés.
  • Les coupures réelles de courant sur Crissier vont de zéro à quelques minutes par année.

Autonomie de carburant

Une autonomie maintenue jusqu’à 600 heures

En ce moment

Les citernes sont remplies aux 2 tiers. Grâce aux infrastructures de free cooling permettant des économies d’énergie, l’autonomie sans réapprovisionnement est d’environ 315 heures*, soit plus de 13 jours.

En cas de coupure sur le réseau électrique

L’autonomie peut être augmentée et maintenue via des réapprovisionnements à environ 470 heures, soit près de 20 jours.

En situation de crise

L’autonomie peut être portée et maintenue à environ 600 heures, soit trois semaines et demie.

*en cas de températures extérieures < 25°C

Réapprovisionnement de carburant

Des relations avec trois distributeurs

En cas de besoin de réapprovisionnement, BrainServe maintient des relations régulières avec trois distributeurs de carburant basés dans des zones géographiques différentes. Ces réapprovisionnements doivent permettre de faire fonctionner les infrastructures indéfiniment et sans aucune conséquence pour les clients.

En cas de crise

En cas de déclenchement des mesures de crise par la Confédération

1. Une information en amont

En cas de crise, le statut de gros consommateur de BrainServe permettrait d’être informé en amont afin de procéder si possible à quelques économies volontaires.

Des mesures préventives immédiatement enclenchées

  • Remplissage préventif de toutes les citernes.
  • Élargissement des relations avec les distributeurs de carburant afin de passer de 3 à 5.
  • Réapprovisionnement en carburant au fur et à mesure de la consommation, pour une autonomie toujours complète.
  • Réservation de volumes complémentaires de carburant auprès des fournisseurs.
  • Prise de contact anticipée avec les clients afin de préparer d’éventuelles économies d’énergie complémentaires. Sauf injonction des autorités, aucune mesure de ce type ne serait prise sans l’accord des clients.

2. Des économies planifiées, sans conséquence sur les clients

Dans un second temps, des économies pourraient être planifiées sur demande de la Confédération.

Par exemple la mise ne place de coupures quotidiennes aux heures de repas durant lesquelles les infrastructures fonctionneraient sur les génératrices.

3. Des délestages de quelques heures par jour imposées par la confédération 

Le datacenter ne sera pas du tout impacté tant qu’il y a du carburant à disposition et aucune pénurie de carburant n’est prévue.

Cependant, malgré l’alimentation ininterrompue du datacenter, il se peut que des coupures régionales impactent la connectivité entre un point donné et le datacenter.

** un délestage électrique consiste à couper volontairement le courant dans un secteur précis pour rétablir rapidement l’équilibre entre la production et la consommation électrique du réseau.

Ces mesures seraient transparentes pour les clients.

Vous avez une infrastructure on premise ?

Un article « Pénurie d’électricité et infrastructure on premise » est à venir.

Contactez-nous

Michael Meier

CTO chez e-novinfo

Votre nom *

Votre email*

Nouvelle réglementation RGPD * :

Votre message

Ticketing | Télémaintenance